Philippe de Lyon

De Wiki Philippe de Lyon
Aller à : Navigation, rechercher

Anthelme Nizier PHILIPPE (25 avril 1849 – 2 août 1905), dit Monsieur Philippe ou Maître Philippe.

« Dans les rues de la ville qu’il habite, on le voit passer humble entre les humbles ; aussi les pauvres gens seuls le bénissent et le connaissent. Cet ouvrier qui le salue avec respect lui doit sa jambe qu’on allait couper et qui fut guérie en une heure ; cette femme du peuple qui accourt à son passage, vînt le trouver alors que son enfant râlait et le maître dit : "Femme, vous êtes plus riche, de par votre dévouement incessant et votre courage devant les épreuves que les riches de la terre ; allez, votre enfant est guéri." Et rentrée chez elle, la mère constate le miracle qui déconcerte et irrite les médecins. Cette famille d’artisans courut à lui alors que depuis dix-huit heures leur fille unique était morte, il vint et devant dix témoins, la morte sourit et ouvrit de nouveau les yeux à la lumière. Demandez à tous ces gens, le nom de cet homme, ils vous diront : C’est le Père des Pauvres. »[1]

Biographie

Portrait de Philippe de Lyon, par Michael Roundalzoff[2]
Philippe de Lyon[3]
Philippe de Lyon en 1877, à 28 ans[4]

Enseignements de Monsieur Philippe

« Plusieurs fidèles auditeurs, désireux de conserver le plus possible des enseignements de M. Philippe, prenaient des notes aux séances ou bien écrivaient aussitôt rentrés chez eux ce qu'ils avaient retenu des paroles du Maître, et ce qu'ils avaient vu. Ses familiers notaient de même ses entretiens et les événements de sa vie. »[5]
« Les propos choisis sont nécessairement fragmentaires, et nul ne saurait prétendre qu'ils constituent "l'enseignement de M. Philippe" ; car jamais il n'a exposé une doctrine élaborée suivant nos habitudes intellectuelles. Il a souvent dit que nos connaissances ne sont que des images et notre mental un miroir, en ajoutant : "Celui qui aimerait son prochain comme lui-même saurait tout". »[6]

Les séances

« Pour ceux qui n’ont pas assisté aux séances du Maître, il est difficile de se faire une idée du recueillement qui existait pendant celles-ci. Lorsque la foule avait pénétré la salle (pouvant contenir 120 personnes environ), le Maître frappait trois coups à la porte et entrait en au milieu d’un profond silence. Il parlait ensuite à chaque personne présente, et ordonnait aux boiteux de marcher après la prière mentale qu’il faisait lorsque toute l’assemblée était debout. Puis il répondait aux questions qui lui étaient posées, et nous enseignait la parole de Dieu sans jamais choquer par ses paroles la susceptibilité ou la croyance des personnes qui assistaient aux séances. Il y avait quelquefois trois séances successives, mais les malades avaient toujours la priorité. Malgré le bon ordre qui existait, c’était à qui pourrait pénétrer dans la salle pour assister à la première séance, dans la crainte de ne pouvoir entendre la parole du Maître qui parfois ne tenait que la première séance ; dans ce cas c’était M. Chapas qui tenait les séances suivantes. C’était d’une voix claire et bien timbrée que le Maître nous parlait, et nous admirions tous la facilité inexprimable avec laquelle il nous enseignait l’Évangile. Il était surtout familier avec les déshérités et les pauvres de ce monde, et c’est avec bonté qu’il répondait aux questions de ceux qui l’approchaient. »[7]

Portraits de Monsieur Philippe de Lyon

Portraits de Monsieur Philippe par Papus

Portrait de Monsieur Philippe par Michel de Saint Martin

Les détracteurs de Monsieur Philippe

Tombe de Monsieur Philippe au cimetière de Loyasse à Lyon

Emplacement de la tombe de Monsieur Philippe au cimetière de Loyasse à Lyon

Emplacement de la tombe de Monsieur Philippe au cimetière de Loyasse à Lyon

Bibliographie

Ouvrages sur Monsieur Philippe

  • CAILLET Serge, Monsieur Philippe, "l’Ami de Dieu", Dervy, 2000
  • ENCAUSSE Philippe, Le Maître Philippe, de Lyon - Thaumaturge et "Homme de Dieu", Editions Traditionnelles, 2003
  • HAEHL Alfred, Vie et paroles du Maître Philippe, Dervy, 2009
  • LAURENT Claude, Mes Souvenirs - Guérisons et Enseignements de Maître Philippe, Le Mercure Dauphinois, 2009

Notes et références

  1. PAPUS, Traité Élémentaire de Science Occulte, Chamuel, 1898, page 391
  2. ENCAUSSE Philippe, Le Maître Philippe, de Lyon - Thaumaturge et "Homme de Dieu", La Diffusion Scientifique, 1954, page 222
  3. MICHELET Victor-Emile, Les Compagnons de la Hiérophanie - Souvenirs du mouvement hermétiste à la fin du XIXe siècle, Collection Belisane, 1977
  4. ENCAUSSE Philippe, Le Maître Philippe, de Lyon - Thaumaturge et "Homme de Dieu", La Diffusion Scientifique, 1954, page 65
  5. HAEHL Alfred, Vie et paroles du Maître Philippe, Dervy, 2009, page 13
  6. HAEHL Alfred, Vie et paroles du Maître Philippe, Dervy, 2009, page 14
  7. LAURENT Claude, Mes Souvenirs - Guérisons et Enseignements de Maître Philippe, Le Mercure Dauphinois, 2009, pages 120 et 121

Liens